Page d'accueil > Site régional: France > Hong Kong Means Business

Site régional: France


5 juillet 2017
L’heure sur mesure

L’heure sur mesure

La start-up hongkongaise Eoniq propose des montres mécaniques personnalisées.


L'heure sur mesure L'heure sur mesure

Eoniq occupe un marché de niche dans un secteur particulièrement compétitif.

Quinn Lai, directeur et co-fondateur de Eoniq.

Hong Kong est l'un des principaux marchés de la montre. De nombreuses marques de luxe internationales y côtoient les entreprises locales, parmi lesquelles Eoniq, spécialisée dans les montres mécaniques personnalisées.

« Nous sommes presque les seuls à en proposer à ce prix, de 2 000 à 3 000 dollars hongkongais, et nous voulons qu'elles soient au moins aussi belles que celles que l’on trouve sur le marché », déclare Quinn Lai, directeur de la start-up qu'il a fondée en 2015 avec un groupe d'amis.

Pour ses montres, Eoniq a  choisi le mouvement japonais Miyota, particulièrement fiable et robuste.  « Nous voulons offrir un produit à la fois unique et sur lequel on puisse compter, » explique Quinn Lai.

Pour monter sa propre montre mécanique Eoniq, il faut commencer par rencontrer l'équipe de design pour créer un modèle personnalisé à partir des collections Navigator et Pinot Blanc, la seconde offrant le plus haut degré de personnalisation. Le produit final est délivré en moins de trois jours.

Une première levée de fonds grâce au crowdfunding

Devant les réticences d’investisseurs traditionnels, les entrepreneurs se sont tournés vers le site de financement participatif Indiegogo où plus de 50 000 dollars ont été levés dans la première heure-et-demie. Ils ont fini par convaincre plus de 15 000 investisseurs pour un total de 466 000 dollars. « Nous avions un objectif fixé aux alentours de 100 000 dollars et ne pensions pas réussir à lever presque un demi-million, » confie Quinn Lai. Il ajoute que cette somme leur a permis d’ouvrir une boutique physique dans le centre commercial K11 à Tsim Sha Tsui.

L'heure sur mesure

La boutique Eoniq du centre commercial K11 à Tsim Sha Tsui permet d’avoir des retours clients en direct.

Ces 15 000 investisseurs lui ont également suggéré de créer une version « squelette » du modèle le plus populaire de la collection, Navigator, qui laisserait le mécanisme apparent. Depuis son ouverture début 2017, la boutique du K11 recueille les retours des clients en direct. « Dans le magasin, on peut assister aux réactions des clients devant nos modèles et différents designs. »

Publicité ciblée

La société s’emploie à attirer dans sa boutique physique les clients qui passent du temps sur son site internet, grâce aux réseaux sociaux, Google Ads et Facebook Pixel.

Si la plupart des visiteurs de la boutique d'Eoniq sont hongkongais,  ils ne représentent que 15% de la clientèle online, plutôt originaire d'Asie du Sud-Est.

Dans sa stratégie de  développement à l’international, la société de Quinn Lai se concentre sur le comportement de certains groupes et sur les préférences culturelles, plutôt que de cibler des pays particuliers. «  Les Japonais et les Taïwanais aiment les histoires qui ont du sens, alors que les clients d’Asie du Sud-Est  préfèrent voir des photos. Nous en tenons compte  lorsque nous concevons nos publicités », confie-t-il. La marque envisage de se développer aux États-Unis et de créer une expérience offline en Asie du Sud-Est, sans nécessairement ouvrir de boutique mais en proposant à sa clientèle des rendez-vous dans des lieux informels comme des cafés.

Design et savoir-faire 

Quinn Lai privilégie la formation interne des designers d'Eoniq à des recrutements dans le milieu de l'horlogerie. « Nous préférons la passion aux années d'expérience, » dit-il. Néanmoins, il espère que sa société mettra au point un jour son propre mécanisme.

L'heure sur mesure

Eoniq démocratise le processus du design en faisant participer ses clients.

Eoniq démocratise le processus du design en consultant ses clients sur certains aspects créatifs, de la taille des chiffres au choix des familles de caractères utilisées sur le cadran. Mais c'est une démarche encore expérimentale : « Quel degré de personnalisation un client désire-t-il pour un cadeau qui coûte 3 000 dollars hongkongais ? C’est très difficile à dire, et nous sommes en train de monter une nouvelle entreprise pour le déterminer. »

Une marque hongkongaise

Eoniq est la preuve que Hong Kong ne se résume pas à des boutiques d'horlogerie haut-de-gamme. « Nous affirmons très clairement que nous sommes hongkongais, sans chercher à nous faire passer pour une marque internationale. Nous pourrions engager des horlogers suisses, mais alors nous deviendrions une marque de montres suisses. Je pense que ce n'est pas nécessaire et que nous devons essayer de faire les choses nous-mêmes. »

Eoniq a d’ores et déjà été invité à participer à d'importants salons d'horlogerie à Genève, mais juge que ce n’est pas encore le moment opportun. « Notre côté innovant repose davantage sur la relation client que sur nos montres elles-mêmes. Nous participerons à ces salons dès que nous aurons le temps de nous concentrer sur notre savoir-faire. »

Lien connexe : Eoniq

Retrouvez-nous sur :   Twitter  twitter Facebook  facebook LinkedIn  LinkedIn